Aujourd’hui, je ne l’avais pas pantoute. C’était une journée très chargée (4 périodes, 2 réunions, 1 rendez-vous) et ça n’a pas été facile. Mes élèves m’ont poussée au comble du désespoir. Ça m’insulte tellement lorsqu’ils s’entêtent à trouver que tout est difficile, inutile et trop compliqué. Ils avaient une évaluation en lecture ce matin. Je ne leur avais même pas encore distribué le texte qu’ils chialaient que ça allait être trop long. Je passe ensuite les questions, j’explique le travail, je donne des indices, je traduis certaines parties et je les laisse travailler. Par 3 ou 4 reprises, j’ai dû expliquer la question la plus simple de l’univers. (Du genre « Dans la case ‘Famous People’ vous devez mettre le nom de la personne, l’artiste, dont il est question dans le texte. ») Imaginez ce que c’était pour les questions les plus difficiles…

Puis, en après-midi, j’avais un groupe de plus vieux, mais ils étaient très énervés quand ils sont arrivés. Dans ce groupe, j’ai quelques élèves qui trainent toujours de la patte: ils ne finissent jamais les évaluations dans le temps donné. Ils doivent alors venir en récupération (mais ils ne se pointent pas toujours, évidemment), je dois attendre après eux pour remettre les travaux jusqu’à ce que je perde patience et que je corrige la partie qui est terminée. Oui, ils se ramassent avec des échecs, mais quand ça fait 2 mois qu’un examen a été donné et que tu ne t’es pas présenté en période de récupération pour terminer, just too bad. « Attendre indéfiniment » ne fait pas partie de ma description de tâche. Une de ces élèves est lente comme c’est pas possible. Pour écrire un texte de 50 mots, elle a besoin d’environ 70 minutes. Elle cherche tout dans le dictionnaire (même les prépositions et les articles) et elle fait beaucoup de traduction mot à mot. Corriger ses travaux fait saigner ma rétine. Pendant qu’elle écrit son texte à la vitesse d’une tortue, les autres ont terminé depuis au moins 20 minutes et ils commencent à s’impatienter et à avoir envie de grouiller sur leur chaise. On ne peut pas les blâmer, vraiment, mais peu importe le travail que je vais donner, elle va toujours trainer et ralentir le groupe.

Sur l’heure du dîner, dans mes 2 réunions, les gens qui animaient la réunion s’attardaient sur des détails insignifiants. Ça me tapait vraiment sur les nerfs. J’avais juste envie de prendre leur place et régler le dossier en moins de deux. Je déteste m’obstiner pour une virgule. Une de mes collègues voulait écourter notre examen de fin d’année parce qu’elle ne veut pas corriger chez elle. Elle préférait que les élèves écoutent un film pendant qu’elle corrigerait les examens. Bonjour la pédagogie! Quand on dit qu’il y a des profs qui sont dans le domaine pour les 2 mois de vacances d’été, elle en est un bon exemple.

Cette semaine, je me suis gâtée avec l’auto de mon père. Je n’ai pas pu conduire avec le toit baissé, mais c’était quand même génial d’avoir une voiture qui a de la puissance. Je sens que je pourrais m’habituer très rapidement à cette belle petite voiture!!

Je suis en congé pour 4 jours. Demain, c’est journée pédagogique et je ne rentre pas! Mon directeur me doit du temps et le seul moment où je peux le prendre, c’est pendant les pédagos. Je vais donc en profiter pour dormir, aller faire mon jogging, cuisiner quelques petits plats pour la semaine prochaine et relaxer. Demain, c’est MA journée! Et j’en ai vraiment besoin.

Publicités