J’ai l’impression d’avoir fait 3 semaines de travail en 4 jours. Ça a été fou. Ça paraît aussi que notre directeur était en vacances cette semaine. Les jeunes en ont profité! Je suis arrivée plus tard chez moi à tous les soirs: réunions, entraînements, planification du voyage à New York, distribution de la paperasse, etc. Il y a des gens qui ne se rendent pas compte que mon travail peut être exigeant. Quand la cloche sonne à 14h55, ma journée n’est pas terminée. Je lève mon chapeau à mes collègues qui trouvent l’énergie de concilier travail (très exigent) et famille.

Hier soir, j’étais tellement découragée de la journée qu’on venait de passer que je me disais qu’être caissière dans une épicerie ou de travailler à la SAQ, ça devait être pas siiii pire. Le salaire et les conditions de travail sont certainement très différentes, mais bon! Quand le magasin ferme, plus rien à penser, rien à préparer pour le lendemain, pas de suivis d’appels ou de suivis de courriels à faire (avec des parents-roi qui accusent l’école, la direction et les profs de toujours être sur le dos de leur Chère Progéniture). Bref, c’était une très mauvaise journée qui fait oublier toutes les belles qui sont venues avant. Ça va passer et la semaine prochaine, je vais recommencer à tripper sur mon travail.

Bientôt, ce sera le temps de faire mes évaluations orales. Ça me tente comme un coup de pied dans la face. Je déteste évaluer cette compétence disciplinaire. C’est long et fastidieux, mais ce n’est pas un choix…

Ma mère me texte beaucoup (trop) souvent. Elle est exigeante, elle me tire du jus. Cette semaine, je n’avais pas de temps et d’énergie à consacrer à ses questions ni à ses petites crises existentielles. Par contre, ce soir, je me suis rattrapée et j’ai pris 1 heure pour jaser avec elle au téléphone et l’aider. Je suis vidée.

Quand j’ai des grosses semaines, je m’isole. Pas envie de voir du monde, pas envie de parler. Juste envie de me reposer, rester dans ma bulle, apprécier le silence. C’est tout juste si je ne ferme pas mon cellulaire. Je suis impatiente, alors ce n’est juste pas le temps de venir tirer sur les ficelles.

Ça fait 3 heures que je rêve de mon lit, mais je suis encore en train de travailler sur notre voyage à New York. Il y a tellement de paperasse à ramasser, de documents à manipuler, le dépôt des chèques, calculer ci et ça, faire les chambres et les envoyer OPC à l’agence. Je pourrais déléguer des tâches à mes collègues, mais ils ne sont pas structurés et ça m’énerve et je suis incapable de laisser les choses pêle-mêle. Je suis trop organisée.

Aujourd’hui, le chum de mon amie Ana est décédé d’un cancer très rare et très agressif. Il a reçu le diagnostic il y a 5-6 semaines. Ça a déboulé à la vitesse de l’éclair. En guise de solidarité, sur Twitter, plusieurs personnes ont changé leur avatar pour mettre un Superman. C’est le surnom qu’elle lui donnait. C’est une belle grosse vague d’amour et de soutien pour elle. Ne jamais sous-estimer le pouvoir des réseaux sociaux.

RIP Pascal ❤

Publicités