Je suis une grande naïve dans la vie. Je crois fermement qu’il existe encore des bonnes personnes honnêtes et intègres. T’sais, des gens qui disent ce qu’ils pensent et pensent ce qu’ils disent. Pas des faux-honnêtes, pas des grandes gueules qui croient détenir la vérité absolue sur toi et sur ta vie, pas des colporteurs de rumeurs. 

Je me dit qu’à un certain moment, rendu à un certain âge, y’a des choses qui ne se font plus. On n’est plus dans la cour d’école pour s’envoyer chier. Ce qui me frustre le plus, c’est que ces personnes ne prennent même pas le temps de t’appeler pour discuter. Tout se passe par textos ou par messages privés sur Facebook ou par email. Mais où sont donc passées vos couilles?? Vous les avez fait accrocher? 

C’est la même chose en amour ou en amitié. La base du respect, c’est l’honnêteté et la franchise. Ça a l’air que ce n’est pas tout le monde qui pense de cette façon. Je dois être trop stupide et rêver d’un monde trop idéal. 

Depuis l’été, j’avais repris une certaine confiance en moi et j’étais ouverte à rencontrer des gens, des inconnus. J’étais prête à sortir de ma zone de confort. J’ai fait de belles rencontres et de belles découvertes. Un récent événement me donne le goût de tout laisser tomber et rester chez moi. C’est venu ébranler ce que j’avais durement construit.

Pour chasser les blues de ce dimanche après-midi, je vais sortir mon vélo stationnaire des années 80 et pédaler comme une folle pour me défouler.

Publicités