Réflexions

Le va-et-vient des gens qui arrivent et repartent de nos vies est comparable au va-et-vient des aéroports, des gares et des terminus d’autobus. Parfois, on va croiser quelqu’un qui va accrocher notre regard pendant que des centaines d’autres personnes passent à côté de nous sans qu’on ne les remarque vraiment. La différence avec nos amis et nos connaissances, c’est que tous laissent une trace en nous, peu importe ce qu’on a vécu avec eux. Ces traces sont parfois douloureuses et souvent il nous faudra apprendre à vivre avec la douleur lancinante qui nous tenaille.Je veux me faire tatouer à nouveau (#2). Évidemment, je veux quelque chose de significatif et de pas trop gros. Ceux qui me connaissent bien savent que j’accroche souvent sur des paroles de tounes ou des citations qui ont une signification quelconque pour moi. Récemment, il y a 2 choses qui me trottent en tête: « One Life, One Chance » et « Life is a maze and love is a riddle ». Tout ça a fait un petit bout de chemin dans ma tête et je pense que j’ai trouvé le design de mon prochain coup d’aiguilles. Il faut juste que je trouve quelqu’un qui a du talent en dessin pour me faire une ébauche que je pourrai ensuite modifier/améliorer/essayer sur différentes parties de mon corps pour voir où l’art ira.

Alors voilà. Je voudrais me faire tatouer 1 (ou 3) morceaux de casse-tête avec un trèfle à 4 feuilles. Le trèfle à 4 feuilles, principalement pour la chance, mais aussi pour une signification bien particulière que le symbole représente et que je garderai pour moi. Mais pourquoi les morceaux de casse-tête? (Je SAIS, « maze », c’est un labyrinthe (re: toune plus haut), mais c’est de là que vient l’idée quand même) La vie, je vois ça comme un casse-tête. On a 1000 morceaux devant nous et plus on avance, on place les morceaux et les choses prennent tout leur sens. Parfois, on a l’impression qu’il nous manque des pièces pour compléter notre oeuvre, mais en fait tout est là, devant nous. On a juste besoin d’un petit coup de main pour placer les morceaux plus difficiles. C’est normal. Quand on construit quelque chose, on n’a pas toujours toutes les compétences nécessaires pour mener le projet à terme et donc, on doit se tourner vers des spécialistes.

Ça semble tiré par les cheveux? Pas tant. C’est juste que, pour moi, cette analogie prend tout son sens. Et maintenant plus que jamais.

Publicités