Bla bla bla

2 juin. Y croyez-vous?? Je regarde mes deadlines d’ici la fin de l’année et je me demande si je vais avoir assez de temps pour tout faire. On voit enfin la lumière au bout de cette fin d’année, mais ça va arriver trop vite.

Entre le classement des élèves, la formation des groupes sport et enrichi, la « poutine » d’élève quotidienne et tout ce qui va avec, je dois commencer à penser au déménagement. Je finis de travailler le 29 et on déménage 36-48 heures plus tard. Je crois que je vais passer la première semaine de juillet à dormir et à récupérer. Aussi, d’ici la fin de l’année, je risque de devoir corriger les bilans de mes élèves de 2e secondaire et les examens de mes élèves de 4e secondaire. Le prof qui me remplace quitte le 15 juin. Il a un autre emploi qui commence le 18. Ça ne me dérangerait pas de faire la correction de mes examens, à condition que la Commission Scolaire m’accorde du temps (donc, $$$) pour le faire. Autrement, qu’ils se débrouillent!!!!!

Cette semaine, on m’a dit que je faisais une bonne job et que c’était intéressant de travailler avec moi, que j’étais « agréable ». Ça fait du bien d’entendre ça. Cette semaine, j’ai eu quelques dures journées et mercredi, j’ai appellé ma mère, sur le bord des larmes, en lui disant que je ne me sentais pas compétente dans mes nouvelles fonctions. Jeudi, celui qui était mon adjoint quand j’étais prof m’a dit qu’il me trouvait bonne et que j’avais l’air à l’aise et que j’avais l’air de savoir exactement ce que je faisais et où je m’en allais. Ouf!! Tant mieux si, de l’extérieur, tout a l’air de bien aller.

Je ne peux pas dire que ça va super mal, mais je manque encore un peu de confiance. J’ai eu une « journée » de formation avec celle que je remplace, mais elle ne m’a pas vraiment montré ce qui était important, voire primordial alors là, je patauge un peu et j’essaie de comprendre ses documents. Par exemple, le classement des élèves. C’est un dossier que je juge très important. Quand j’ai eu ma formation, on a passé maximum 20 minutes là-dessus. Là, je dois donner des chiffres à la direction et me démêler dans tout ça, mais je ne comprends pas ses foutus tableaux et les millions de notes qu’elle a mises à côté. En plus, les feuilles/tableaux peuvent se retrouver 3 fois dans le cartable. C’est la même feuille, mais c’est encore un mystère à savoir pourquoi il y en a 3 copies. Et ses feuilles n’ont pas de titre. Joli bordel. J’vous jure, des fois, je voudrais m’ouvrir les veines.

Et il y a la directrice. C’est une bonne personne, mais elle a beaucoup de responsabilités, elle n’est pas structurée, ni organisée et elle se perd très facilement dans ses idées et ses affaires alors elle est stressée (et elle stresse les autres). C’est pas évident de travailler avec elle. En plus, elle manque de tact et de diplomatie. Sa phrase préférée est « je dois vérifier des choses avant ». Elle doit toujours vérifier quelque chose, mais elle ne nous reparle jamais du dossier. Quand elle veut quelque chose, c’est toujours pour hier. Et sa récente crise concernait la Commission Scolaire. Il n’y a qu’elle qui peut appeller là-bas. Elle a ses petits trips de pouvoir, on la laisse parler. Cette semaine, elle voulait avoir les noms des élèves de mon groupe sport et de mon groupe enrichi. Ils ne sont pas formés, j’attends après les listes de sélection des profs. Elle veut ça pour lundi midi. Pfffft! C’est impossible! Elle n’avait pas l’air contente de ma réponse, mais tant pis pour elle. Elle m’arrive avec ça le vendredi à 13h30 et elle veut ça pour lundi. Faut pas virer fou!!!

Malgré tout mon chiâlage, je suis vraiment contente de vivre cette expérience là. Je vois les 2 côtés de la médaille (prof vs direction) et je vous jure que ce n’est pas évident. En comité de direction, la prof en moi rugit. Je défends les intérêts de mes collègues en restant professionnelle et en sachant que j’ai un rôle « autre » à jouer en tant que directrice-adjointe. Et trop souvent, j’aimerais voir les grands pédagogues du MELS disparaître. Il n’y a rien qui me fait enrager plus que quelqu’un qui ne sait pas de quoi il parle et avec le MELS, c’est exactement ça. Ils ont de bien grandes idées, mais ils ne savent pas de quoi ils parlent quand vient le temps d’expériementer et d’être sur le terrain. Ça me fait suer d’entendre la directrice dire que « les classes modulaires vont à l’encontre de la Réforme et que de toute façon, le taux de diplomation n’est pas très élevé. » Des fois, je me demande si elle comprend les classes modulaires ou si c’est moi qui ne comprend pas la game. Les élèves qui sont en modulaire ne seront pas (tous) des Albert Einstein. Et même s’ils ne décrocheront pas tous un diplôme de 5e secondaire, 95% des élèves vont se placer soit sur le marché du travail, soit dans un DEP ou soit dans des certificats autres. À 95% de jeunes qui ne décrochent pas et qui poursuivent leurs études et/ou qui se trouvent un emploi, je trouve que le taux de réussite est pas pire. Mais pour elle, s’ils n’ont pas leur 5e secondaire, ils ne font pas partie des « réussites ».

J’ai bien hâte de voir en quoi et comment le nouveau budget de la « super » Ministre des Finances va aider nos jeunes en difficulté. Je ne me fais pas trop d’idées. Ce sera surement décevant.

Alors voilà, je survis. J’ai hâte de recommencer à vivre. La tâche est lourde, mais le moral est bon.

J’ai passé l’heure du dîner avec mes élèves de 2e secondaire hier. Ils s’ennuient de moi, ils me préfèrent à mon remplaçant (qui est très bon et compétent et sympathique). Je leur ai dit « Quand j’étais là, vous me détestiez (pas tous, juste quelques-uns) et maintenant que je suis partie, tout d’un coup, vous voudriez que je revienne vous sauver parce que j’étais la meilleure!! » Ils sont drôles. Parfois, ils viennent me poser des questions et je leur dit: « Demande à R., c’est lui ton prof maintenant! » Les élèves n’aiment pas se faire répondre ça, mais en même temps, je ne l’aiderais pas si j’intervenais encore auprès de mes élèves. La seule chose que je dis à mes élèves, c’est « soyez gentils et respectueux. » Et ils voient que je supporte R. dans ses interventions alors ils ne viennent pas s’obstiner avec moi dans le but d’alléger leur conséquence.

La semaine prochaine, je vais faire un dîner pizza avec mon groupe d’encadrement (et mon remplaçant). Le budget de l’école me fournit 30$ alors je vais débourser le reste. Ils vont être contents, ça va leur redonner un petit boost pour la fin de l’année et je leur avais promis une récompense à la fin de l’année. Je dois tenir parole.

J’espère que tout le monde se porte bien. Je vais essayer de venir plus souvent et donc, écrire moins longtemps. À BIENTÔT!!!!!!

Publicités